lundi 22 décembre

ou le brouillard

La chat est aux aguets. La souris va se faire bouffer. Ondulations de corps sur le carrelage. Rayons de lumière noire. Herbe verte et dialogues à la télé. Je me rappelle j'ai chanté "the lunatic is on the grass" à cet inconnu dérangé devant la gare de bordeaux. Et après c'était moi la lunatique entre des carrés d'herbe sous un ciel menaçant.
Je sais pas, je sais pas.
Je sais plus poser mes doigts sur les touches. Je sais qu'on pense que c'est la facilité. C'est la gravité trop attirante. Je sais pas m'étirer du poids. Je sais plus penser à autre chose.
Je ne sais pas leur dire.
Ils ne savent plus m'entendre.
C'est la facilité, je ne savais pas leur montrer en riant. C'est le déclin de saison. Hier c'est vrai on a basculé dans l'hiver devant un feu de cheminée, et ça aurait sans doute été plus fun si je m'en étais rendu compte. Mais dans un lit blanc je suis jaune et rose et je regarde des dessins d'animaux morts, ça me dégoute mais peut-être que ça s'arrêtera à la page suivante ?
Peut-être que ça s'arrêtera demain. Le soleil retrouvé n'y a pas changé grand chose. C'est le grand vide qui s'incorpore, encore. Tout ça à cause de l'attrait de la gravité. Je n'ai plus mal au dos. Mais jai du mal à marcher.
Pas d'euphorie. Mais des courants d'eau.

Posté par lawlie à 20:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur ou le brouillard

Nouveau commentaire