samedi 20 décembre

Valser

C'est étrange. Je suis de retour dans la maison, et le soleil brille aujourd'hui. Retour à ma place, dans ma chambre vidée de l'essentiel, le chat a un trou dans la tête, il a décapité deux rats pour se venger ce matin, les souris faisaient un boucan pas possible dans mon plafond cette nuit et elles ont tout bouffé dans mon armoire. De la sciure sur les jeans. Quand on rentre et que ça faisait longtemps, on peut sentir l'odeur que l'on porte. Qu'il y a dans la maison familiale. Et rien n'a changé, mais moi ça me fout un peu le blues. Je me souviens l'ennui de l'ennui, et je pense à des choses comme quand j'allais dans la cuisine à 3h du matin, les pensées en vrac, et l'ivresse aux joues, à des choses comme ce jeu que je pourrai pas lui montrer, et ça m'angoisse un peu, mais je ne m'attarde pas sur ça, just because the sky turned from grey into blue.
Je viderai mon appareil photo des choses passées et le remplirai ce soir, ce soir j'aurai ce dont je n'ai eu que trop besoin durant ces deux mois passés là-haut. L'euphorie. Une nuit c'est trop court.
Traverser la France hier c'était éprouvant. Je déteste être coincée entre une fenêtre et un type qui dort. J'ai besoin de bouger dans un train. Mais c'était l'inconnu devant moi qui se dégourdissait les jambes, en n'oubliant pas de me filer des coups de pieds incessants. Sans pardon ni regard. Et l'odeur des heures enfermées qui monte. Le temps qui n'avance pas, et le retard accumulé par le train. Je me demande si je finirai par m'y faire sans devenir une boule de stresse à la fin, mais bon, ça fini par passer.
J'aime me faire toute une montagne des choses que je dois faire, parce que ça les rend pas si terribles que ça au final. Mais ça implique la sur-estimation de certaines choses. Tant pis, ici, il fait beau. On ne m'avait pas menti. J'ai envie de danser.

pului

Posté par lawlie à 15:50 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur Valser

    Ca me fait sourire, doucement.
    Parce qu'un peu, j'ai l'impression que ça aurait pu venir d'ici, tes mots.
    Je t'embrasse inexplicablement. Peut-être parce que chez moi aussi le ciel a pris une teinte bleue.

    Posté par Gling, lundi 29 décembre à 14:54 | | Répondre
Nouveau commentaire